Les 100 classiques à lire absolument

149 . A La Croisée des Mondes, Philip Pullman // 2
148 . A l’Est d’Eden (1954), Steinbeck // 2
147 . À rebours, Joris Karl Huysmans // 2
146 . Au dessous du volcan (1947), Malcolm Lowry // 2
145 . Autant en emporte le vent, Margaret Mitchell // 2
144 . Beloved, Toni Morrison // 2
143 . Berlin Alexanderplatz (1929), Alfred Döblin // 2
142 . Bilbo le hobbit, JRR Tolkien // 2
141 . Confessions d’un masque, Mishima // 2
140 . De bons présages, Terry Pratchett/ Neil Gaiman // 2
139 . Des fleurs pour Algernon (1966), D. Keyes // 2
138 . Gilles (1939), Pierre Drieu La Rochelle // 2
137 . Harry Potter, JK Rowling // 2
136 . Homme invisible, pour qui chantes-tu ? Ellison Ralph // 2
135 . Kafka sur le Rivage, Haruki Murakami // 2
134 . La bête humaine (1890), Emile Zola // 2
133 . La chartreuse de Parme, Stendhal // 2
132 . La Condition humaine, (1933), André Malraux // 2
131 . La confusion des sentiments, Stéphan Zweig // 2
130 . La conjuration des imbéciles, John Kennedy Toole // 2
129 . La Guerre des Boutons, Louis Pergaud // 2
128 . La horde du contrevent, Alain Damasio // 2
127 . La Légende des Siècles, Victor Hugo // 2
126 . La Montagne magique, Thomas Mann // 2
125 . La Peau de chagrin (1831 et 1835 ) Honoré de Balzac // 2
124 . La promesse de l’aube, (1960), Romain Gary // 2
123 . La Reine Margot, Alexandre Dumas // 2
122 . La Religieuse, Denis Diderot // 2
121 . La rivière à l’envers, Jean- Claude Mourlevat // 2
120 . La route , Cormac McCarthy // 2
119 . La Tour Sombre, Stephen King // 2
118 . La Vitesse des Choses (1998), Rodrigo Fresán // 2
117 . L’appel de la forêt, Jack London // 2
116 . Le Château, Franz Kafka // 2
115 . Le festin nu (1959), William Burroughs // 2
114 . Le Maître du Haut-Château, Philip K. Dick // 2
113 . Le Maître et Marguerite (1967), Boulgakov // 2
112 . Le Premier Homme (1960, publié posthume en 1994), Albert Camus // 2
111 . Les clochards célestes, Jack Kerouac // 2
110 . Les palmiers sauvages (1939), William Faulkner // 2
109 . Les Possédés Fedor Mikhaïlovitch Dostoïevski // 2
108 . L’Homme sans qualités, Robert Musil // 2
107 . L’ile au trésor (1883), Robert Louis Stevenson // 2
106 . L’Innomable (1953), Samuel Beckett // 2
105 . L’œuvre, Emile Zola // 2
104 . Martin Eden, Jack London // 2
103 . Mémoires d’outre-tombe, François-René de Chateaubriand // 2
102 . Oblomov, Ivan Gontcharov // 2
101 . Oliver Twist (1838), Charles Dickens // 2
100 . Pour qui sonne le glas, Ernest Hemmingway // 2
99 . Rebecca, Daphné Du Maurier // 2
98 . Robinson Crusoé Daniel Defoe // 2
97 . Trilogie de Gormenghast, Mervin Peake // 2
96 . Ubik, Philip K. Dick // 2
95 . La Fonction du Balai (1987), David Foster Wallace // 3
94 . A l’ouest rien de nouveau, Erich Maria Remarque // 3
93 . Belle du Seigneur (1968), Albert Cohen // 3
92 . Candide (1759), Voltaire. // 3
91 . Demande à la poussière, (1939), John Fante // 3
90 . Demian (1919), Hermann Hesse // 3
89 . Fondation (1942, 1951-1953), Isaac Asimov // 3
88 . Histoire du chevalier Des Grieux et de Manon Lescaut, Abbé Prévost // 3
87 . La Gloire de mon père et Le Château de ma mère (1957), Marcel Pagnol // 3
86 . La Métamorphose (1915), Franz Kafka // 3
85 . La Nausée, Jean-Paul Sartre // 3
84 . La petite marchande de prose, (1990), Daniel Pennac // 3
83 . L’Arrache-Coeur, Boris Vian // 3
82 . L’assomoir, Emile Zola // 3
81 . Le guépard, Giuseppe Tomasi di Lampedusa // 3
80 . Le lion (1958), Joseph Kessel // 3
79 . Le pavillon des cancéreux (1968), Alexandre Soljenitsyne // 3
78 . Les annales du Disque-Monde, Terry Pratchett // 3
77 . Les Détectives Sauvages (1998), Roberto Bolaño // 3
76 . Les frères Karamazov (1879), Fedor Mikhaïlovitch Dostoïevski // 3
75 . Les Mémoires d’Hadrien, Marguerite Yourcenar // 3
74 . Les trois mousquetaires (1844), Alexandre Dumas // 3
73 . Les Voyages de Gulliver, Jonathan Swift // 3
72 . L’idiot (1869), Fedor Mikhaïlovitch Dostoïevski // 3
71 . Mort à crédit (1936), Louis Ferdinand Céline // 3
70 . Mrs Dalloway, Virginia Woolf // 3
69 . Nana, Emile Zola // 3
68 . Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur, Harper Lee // 3
67 . Sa majesté des mouches (1954), W. Golding // 3
66 . Si c’est un homme (1958), Primo Levi // 3
65 . Sur la route (1957), Jack Kerouac // 3
64 . Vingt Mille Lieues sous les Mers (1870 et 1873) Jules Vernes // 3
63 . Anna Karenine (1828-1910), Léon Tolstoï // 4
62 . Aurélien (1944), Louis Aragon // 4
61 . Dune (1965-1985), F. Herbert // 4
60 . Farhenheit 451 (1953), Ray Bradbury // 4
59 . Jane Eyre, Charlotte Brontë // 4
58 . La Faim (1890), Knut Hamsun // 4
57 . La ferme des animaux (1945), George Orwell // 4
56 . Le Bruit et la Fureur, (1929), William Faulkner // 4
55 . Le guide du voyageur galactique / H2G2 (1979-1992), Douglas Adams // 4
54 . Le Loup des steppes (1927), Hermann Hesse // 4
53 . Le tour du monde en 80 jours, Jules Verne // 4
52 . Les âmes mortes, Nicolas Gogol // 4
51 . Les Confessions, (1770), Rousseau // 4
50 . Les mots, Jean-Paul Sartre // 4
49 . Les raisins de la colère, John Steinbeck // 4
48 . Lettres Persanes, Montesquieu // 4
47 . Substance Mort, Philip K. Dick // 4
46 . Ulysse (1922), James Joyce // 4
45 . Dix petits nègres, Agatha Christie // 5
44 . Jacques le Fataliste, Denis Diderot // 5
43 . J’irai cracher sur vos tombes, Boris Vian / Edmond Sullivan // 5
42 . L’Ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche Miguel de Cervantes // 5
41 . La Divine Comédie, Dante Alighieri // 5
40 . Le Comte de Monte-Cristo, Alexandre Dumas // 5
39 . Le procès (1925), Franz Kafka // 5
38 . Les Hauts de Hurlevent (1847), Emily Brontë // 5
37 . Les liaisons dangereuses, P. C. de Laclos // 5
36 . Notre Dame de Paris, Victor Hugo // 5
35 . Alice au pays des merveilles (1865), Lewis Carroll // 6
34 . Bel-Ami (1885), Guy de Maupassant // 6
33 . Croc Blanc, Jack London // 6
32 . De Grandes Espérances Charles Dickens (1812-1870) // 6
31 . Gargantua et Pantagruel (1495-1553), François Rabelais // 6
30 . La nuit des temps (1968), René Barjavel // 6
29 . La princesse de Clèves, Madame de la Fayette // 6
28 . Le Parfum, Patrick Suskind // 6
27 . L’Education Sentimentale (1869), Gustave Flaubert // 6
26 . Moby Dick, Herman Melville // 6
25 . Des souris et des hommes (1937), John Steinbeck // 7
24 . Guerre et Paix (1865), Léon Tolstoi // 7
23 . La peste (1947), Albert Camus // 7
22 . Le meilleur des mondes (1931), Aldous Huxley // 7
21 . Le Rouge et le Noir, Stendhal // 7
20 . Le Seigneur des Anneaux, J.R.R. Tolkien // 7
19 . Le vieil homme et la mer, Ernest Hemingway // 7
18 . Orgueil et préjugés, Jane Austen // 7
17 . Cent ans de Solitude, Gabriel Garcia Marquez // 8
16 . Le père Goriot, Honoré de Balzac // 8
15 . L’Iliade (entre -850 et -750), Homère // 8
14 . Germinal, Emile Zola // 9
13 . L’attrape-coeurs, J.D. Salinger // 9
12 . Crime et Châtiment (1866), Fedor Mikhaïlovitch Dostoievski // 10
11 . Le portrait de Dorian Gray, Oscar Wilde // 10
10 . Les misérables (1862), Victor Hugo // 10
9 . L’Odyssée (entre -850 et -750), Homère // 10
8 . Lolita, Vladimir Nabokov // 10
7 . Voyage au bout de la nuit (1932), Louis Ferdinand Céline // 11
6 . A la recherche du temps perdu (1908-1922), Marcel Proust // 12
5 . Le petit prince, Antoine de Saint-Exupéry // 12
4 . Madame Bovary (1857), Gustave Flaubert // 14
3 . L’étranger (1942), Albert Camus // 15
2 . L’écume des jours (1947), Boris Vian // 16
1 . 1984 (1948), Georges Orwell // 18

100 novels everyone should read, A Telegraph selection of the essential fiction library

 

100 The Lord of the Rings by JRR Tolkein

99 To Kill a Mockingbird by Harper Lee

98 The Home and the World by Rabindranath Tagore

97 The Hitchhiker’s Guide to the Galaxy by Douglas Adams

96 One Thousand and One Nights Anon

95 The Sorrows of Young Werther by Johann Wolfgang von Goethe

94 Midnight’s Children by Salman Rushdie

93 Tinker, Tailor, Soldier, Spy by John le Carré

92 Cold Comfort Farm by Stella Gibbons

91 The Tale of Genji by Lady Murasaki

90 Under the Net by Iris Murdoch

89 The Golden Notebook by Doris Lessing

88 Eugene Onegin by Alexander Pushkin

87 On the Road by Jack Kerouac

86 Old Goriot by Honoré de Balzac

85 The Red and the Black by Stendhal

84 The Three Musketeers by Alexandre Dumas

83 Germinal by Emile Zola

82 The Stranger by Albert Camus

81The Name of the Rose by Umberto Eco

80 Oscar and Lucinda by Peter Carey

79 Wide Sargasso Sea by Jean Rhys

78 Alice’s Adventures in Wonderland by Lewis Carroll

77 Catch-22 by Joseph Heller

76 The Trial by Franz Kafka

75 Cider with Rosie by Laurie Lee

74 Waiting for the Mahatma by RK Narayan

73 All Quiet on the Western Front by Erich Remarque

72 Dinner at the Homesick Restaurant by Anne Tyler

71 The Dream of the Red Chamber by Cao Xueqin

70 The Leopard by Giuseppe Tomasi di Lampedusa

69 If On a Winter’s Night a Traveller by Italo Calvino

68 Crash by JG Ballard

67 A Bend in the River by VS Naipaul

66 Crime and Punishment by Fyodor Dostoyevsky

65 Dr Zhivago by Boris Pasternak

64 The Cairo Trilogy by Naguib Mahfouz

63 The Strange Case of Dr Jekyll and Mr Hyde by Robert Louis Stevenson

62 Gulliver’s Travels by Jonathan Swift

61 My Name Is Red by Orhan Pamuk

60 One Hundred Years of Solitude by Gabriel García Márquez

59 London Fields by Martin Amis

58 The Savage Detectives by Roberto Bolaño

57 The Glass Bead Game by Herman Hesse

56 The Tin Drum by Günter Grass

55 Austerlitz by WG Sebald

54 Lolita by Vladimir Nabokov

53 The Handmaid’s Tale by Margaret Atwood

52 The Catcher in the Rye by JD Salinger

51 Underworld by Don DeLillo

50 Beloved by Toni Morrison

49 The Grapes of Wrath by John Steinbeck

48 Go Tell It On the Mountain by James Baldwin

47The Unbearable Lightness of Being by Milan Kundera

46 The Prime of Miss Jean Brodie by Muriel Spark

45 The Voyeur by Alain Robbe-Grillet

44 Nausea by Jean-Paul Sartre

43 The Rabbit books by John Updike

42 The Adventures of Huckleberry Finn by Mark Twain

41 The Hound of the Baskervilles by Arthur Conan Doyle

40 The House of Mirth by Edith Wharton

39 Things Fall Apart by Chinua Achebe

38The Great Gatsby by F Scott Fitzgerald

37 The Warden by Anthony Trollope

36 Les Misérables by Victor Hugo

35 Lucky Jim by Kingsley Amis

34 The Big Sleep by Raymond Chandler

33 Clarissa by Samuel Richardson

32 A Dance to the Music of Time by Anthony Powell

31 Suite Francaise by Irène Némirovsky

30 Atonement by Ian McEwan

29 Life: a User’s Manual by Georges Perec

28 Tom Jones by Henry Fielding

27 Frankenstein by Mary Shelley

26 Cranford by Elizabeth Gaskell

25 The Moonstone by Wilkie Collins

24 Ulysses by James Joyce

23 Madame Bovary by Gustave Flaubert

22 A Passage to India by EM Forster

21 1984 by George Orwell

20 Tristram Shandy by Laurence Sterne

19 The War of the Worlds by HG Wells

18 Scoop by Evelyn Waugh

17 Tess of the D’Urbervilles by Thomas Hardy

16 Brighton Rock by Graham Greene

15 The Code of the Woosters by PG Wodehouse

14 Wuthering Heights by Emily Brontë

13 David Copperfield by Charles Dickens

12 Robinson Crusoe by Daniel Defoe

11 Pride and Prejudice by Jane Austen

10 Don Quixote by Miguel de Cervantes

9 Mrs Dalloway by Virginia Woolf

8 Disgrace by JM Coetzee

7 Jane Eyre by Charlotte Brontë

6 In Search of Lost Time by Marcel Proust

5 Heart of Darkness by Joseph Conrad

4 The Portrait of a Lady by Henry James

3 Anna Karenina by Leo Tolstoy

2 Moby-Dick by Herman Melville

1 Middlemarch by George Eliot

 

Un livre pour donner envie de philosopher – «Maus» d’ Art Spiegelman

«Maus» – Art Spiegelman

Maus is a graphic novel by American cartoonist Art Spiegelman. In it, Spiegelman interviews his father about his experiences as a Polish Jew and Holocaust survivor. The book makes use of postmodern techniques in its presentation, most strikingly in its depiction of different races of humans as different kinds of animals, with Jews as mice, Germans as cats and Poles as pigs. Maus has been variously labeled as memoir, biography, history, fiction, autobiography, or a mix of genres. It was the first comic book to win a Pulitzer Prize. 

The story alternates between two timelines. In the “present” frame tale, beginning in 1978 in Rego Park, New York, Spiegelman talks with his father about his Holocaust experiences, gathering material for the Maus project he is about to begin. In the “past”, Spiegelman depicts his father’s experiences, starting in the years immediately leading up to World War II. Much of the story revolves around Spiegelman’s troubled relationship with his father, and the absence of his mother. She committed suicide when he was 20. Her grief-stricken husband destroyed her written accounts of Auschwitz. Formally, Spiegelman struggles with problems of presentation, working with a strained animal metaphor that is intended to self-destruct. The book is deceptively simple, using a minimalist drawing style while displaying virtuosity in its page and panel layouts, pacing and structure.

Un livre pour donner envie de voyager – «Voyage aux îles de la désolation» d’ Emmanuel Lepage

<Voyage aux iles de la désolation>, Emmanuel Lepage                    

Emmanuel Lepage, le dessinateur, vient d’obtenir la possibilité de voyager à bord du Marion Dufresne en direction des TAAF (Terres australes et  antarctiques françaises). Voyage aux iles de la désolation est son carnet de voyage où se mélange aquarelles et récit de son périple. 

Les îles de la désolation, mais où sont-elles ? En fait, il s’agit du surnom donné aux îles Kerguelen situées au beau milieu de l’océan indien, à proximité des terres arctiques. Au départ de La Réunion, Emmanuel Lepage est donc parti à bord d’un navire qui effectue la navette dans les TAAF et ravitaille ses terres éloignées qui ne doivent leur survie qu’à ces maigres voyages.

Iles Crozet, Saint-Paul-et-Amsterdam, Kerguelen : des terres difficiles donc qui sont pour la plupart habitées par des scientifiques passionnés qui sacrifient souvent leur vie personnelle au service de leur travail. 

A travers les yeux d’Emmanuel Lepage, nous découvrons la vie à bord du bateau et le quotidien de l’équipage : la navigation difficile, le poste de commandement, les repas avec les membres de l’équipage qu’il nous présente par ailleurs individuellement, les manoeuvres de déchargement des marchandises qui se compliquent avec la réduction du personnel. L’immersion dans ce voyage maritime est totale. 

Les arrêts dans les îles sont l’occasion pour Lepage de croquer ses habitants, humains ou animals. On découvre les difficultés de la communauté scientifique, ses récriminations (l’absence trop fréquente de légumes frais par exemple dû à la suppression des potagers locaux, susceptibles de menacer la flore locale) comme ses joies (nuits étoilées sans pareil). On assiste aux magnifiques ballets des animaux : les manchots, les éléphants de mer, les albatros, …

Le dessinateur n’hésite pas à évoquer les conditions difficiles  pour son art : vent d’une force à vous envoler, pluie battante qui ponctue les feuillets, animaux curieux, ou même temps compté qui oblige à un crayonné fait dans l’urgence. 

Et pourtant, quel résultat !! Cet album est tout simplement magnifique !

Un livre pour donner envie de voyager ? – « L’usage du monde » de Nicolas Bouvier.

« L’usage du monde » de Nicolas Bouvier.

Le récit mythique de Nicolas Bouvier, son ouvrage le plus connu, qui relate son voyage avec le peintre Thierry Vernet, à bord d’une vieille Fiat, de la Serbie jusqu’à l’Inde, en passant par la Turquie, l’Iran, le Pakistan et l’Afghanistan (1953-1954). Un périple en Asie Centrale sur les traces de la Route de la Soie. Récit aujourd’hui considéré comme le grand classique de la littérature de voyage francophone.
Quel beau titre ! Ce récit est une leçon de vie, l’usage de la vie au quotidien : un voyage fait d’aventures et de rencontres ; le voyage vu comme passeport pour l’humain : chaque étape permet à Bouvier de croquer des portraits inoubliables, de saisir comme il le dit les “miettes” du voyage pour les rendre éternelles : avec lui, nous faisons la connaissance des musiciens serbes dans la Yougoslavie communiste, des tziganes macédoniens, des instituteurs kémalistes turcs. Puis, c’est la traversée de l’Asie centrale : dans l’Azerbaïdjan iranienne, découverte de la mythique ville de Tabriz, sous l’hiver glacial et l’accueil chaleureux de la communauté arménienne. L’iran et ses villes mythiques, Chiraz, Téhéran, Persépolis, Ispahan .¨…et sa mosaïque d’ethnies : les kurdes, les baloutchs…

Puis c’est la traversée des no man’s land du désert du Lout, désert iranien inhabité à la frontière du Pakistan et de l’Afghanistan. La vieille voiture fait des siennes. Il faut compter sur l’aide des bédouins qui vous offrent du thé dans les célèbres tchaïckanes, les maisons de thé iraniennes.

 Passage de frontières irréelles, aux douaniers endormis aux vapeurs du samovar et du narguilé ; rencontre avec les fiers afghans, dont le territoire n’a jamais été conquis par les occidentaux ; c’est de là que Bouvier partira  pour l’Inde en franchissant les montagnes de l’Hindou Kouch et le Khyber Pass en compagnie des routiers afghans, dans un climat très hostile.

Aventures, rencontres et philosophie du voyage au coeur de ce récit, qui laisse aux lecteurs des souvenirs de scènes cocasses ou de beaux portraits. 

Les déambulations de deux occidentaux dans une décharge du désert iranien pour retrouver le manuscrit de Bouvier. La peinture d’une fresque coquine par Thierry Vernet pour tenter d’amadouer le douanier. Ou encore l’aventure cauchemardesque de la Fiat en panne dans le désert hostile du Lout, où la chaleur et les effluves de sel rendent le trajet impossible. 

Une apologie de l’errance avec, comme moyen de subsistance, la plume de Bouvier et le pinceau de Vernet. 

Des personnages inoubliables : les musiciens macédoniens que Bouvier enregistre, les grands mères arméniennes de Tabriz, les douaniers qui ont donné leurs armes, les gardiens de prison qui ouvrent grand les portes des cellules pour leurs deux invités occidentaux en passant par le gardien de Persépolis refusant qu’il y ait eu des Grecs au Ve siècle avant JC, les Iraniens qui recitent par coeur des poèmes dans les cafés, les grosses paysannes qui posent leurs gros sacs avant d’admirer l’expo de Vernet, les aventuriers anglais, tenanciers de bar dans un coin perdu du Pakistan et enfin les routiers afghans de l’extrême… 

Un voyage au coeur de l’humain, érigé comme principe de rencontres ; au coeur de cette philosophie du voyage, il y a le don de soi, ce désir que le monde nous traverse pour que nous en recueillons les “miettes” éternelles.

Une réflexion intéressante qui met aussi en abîme l’écriture de voyage, mettant l’accent sur la difficulté de rendre palpables et vivants ces instants magiques…. 

” Un voyage se passe de motifs. Il ne tarde pas à prouver qu’il se suffit à lui-même. On croit qu’on va faire un voyage, mais bientôt c’est le voyage qui vous fait, qui vous défait” 

“Finalement, ce qui constitue l’ossature de l’existence, ce n’est ni la famille, ni la carrière, ni ce que d’autres diront ou penserons de vous, mais quelques instants de cette nature, soulevés par une lévitation plus sereine encore que celle de l’amour, et que la vie nous distribue avec une parcimonie à la mesure de notre faible coeur” 

“Comme une eau, le monde vous traverse et pour un temps vous prêt ses couleurs. Puis se retire et vous replace devant ce vide qu’on porte en soi, devant cette espèce d’insuffisance centrale de l’âme qu’il faut bien apprendre à côtoyer, à combattre, et qui, paradoxalement, est peut-être notre moteur le plus sûr”